❤ Retrouvez la #SundayBox chez nos partenaires : Boulanger, FNAC, Darty, Cdiscount ❤

Nouvelles fraîches : Le boitier bordelais Sunday Box connecte les personnes âgées isolées

Par Anne Cesbron, le 18 mars 2020

Créé en 2015 à Mérignac près de Bordeaux, Hopen Project conçoit la Sunday Box, un boitier connecté au téléviseur pour partager des photos depuis une appli. La start-up veut lutter contre l’isolement des personnes âgées. En ces temps de confinement, l'entreprise muscle sa communication et propose des prêts de matériel aux Ehpad.

Nelly Meunier, cofondatrice de Sunday, qui lutte contre l'isolement des séniors avec sa Sunday Box. Une levée de fonds en cours doit renforcer la partie e-commerce de la start-up et engager des actions de communication. — Photo : JDE

Nelly Meunier se souvient : sa grand-mère admise en établissement pour personnes dépendantes et l’envie de ses trois petits-enfants disséminés aux quatre coins du monde de lui envoyer des photos. Mais comment faire ? La vieille dame ne maîtrisant pas les outils de communication, c’est à partir de son téléviseur que le partage est imaginé. Une solution est trouvée, bricolée par le père de Nelly. « Notre grand-mère était très heureuse, les soignants trouvaient cela très intéressant pour accompagner les temps de soins, et les autres grands-mères étaient jalouses », se souvient la cofondatrice et présidente d’Hopen Project.

Un premier déploiement en maternité

La société créée en 2015 à Mérignac (Gironde) concevait alors une solution nommée Cordon adressée aux services de néonatalité : un système de caméra reliée à une appli pour les parents séparés de leur bébé né prématurément et placé en couveuse. « Les centres hospitaliers nous contactent encore, mais ce projet est extrêmement contraignant, du fait du contexte de santé publique notamment. Ce sont des associations qui s’en emparent », admet la dirigeante. Actuellement Bordeaux, Metz et Thionville ont équipé une quarantaine de leurs couveuses.

C’est en 2017, autour de l’aïeule que la solution Sunday est imaginée. « Nous devions présenter Cordon au salon Web Summit à Lisbonne, nous avons finalement décidé d’y aller avec le boîtier de notre grand-mère. Nous avions vu juste, notre produit a plu, nous aurions pu en vendre 200 ».

De nouveaux contrats à Las Vegas

Il est alors décidé de se concentrer sur le développement de Sunday. Une subvention régionale de 80 000 euros permet la conception d’un prototype. Le CES de Las Vegas en janvier 2018 est l’occasion de signer avec les enseignes Boulanger, Fnac et Darty. CDiscount suivra. L’industriel chinois, Andy spécialisé en TV box, basé à Shenzen, produit le boîtier. Une levée de fonds de plus d’un million d’euros est réalisée en novembre 2018, la moitié du tour de table est composée de business angels, professionnels de santé et entrepreneurs locaux. À leurs côtés, s’engagent la BPI, le Crédit Agricole, Aquiti, Michelin et la Région. Objectif : commercialiser la Sunday Box dès Noël 2018. Pari gagné : 2 700 produits trouvent preneurs, dont 200 aux États-Unis, via la plateforme UnCommonGoods.

Depuis, 7 500 boîtiers ont été vendus. L’équipe s’est étoffée et comprend maintenant dix salariés. Elle a réalisé 350 000 euros de chiffre d’affaires en 2019, prévoit 800 000 euros en 2020, pour atteindre l’équilibre en 2022.

Une seconde levée s’est concrétisée en octobre 2019, suite à un passage télévisé dans l’émission « Qui veut devenir mon associé ». Delphine André, PDG du groupe Charles André, investit alors 200 000 euros, contre 10 % des parts de la société. Un effet levier auprès de la BPI et du groupe parisien CitoxLab a permis de réunir 500 000 euros.

Une troisième levée de fonds en préparation

La suite ? « Dix Ehpad sont en phase test, nous voulons y aller progressivement. Des centres Alzheimer ont aussi manifesté leur intérêt. Mais l’aventure Cordon nous a appris que le B to C était plus rapide, or nous sommes une start-up. Nous ne disposons pas de beaucoup de temps ». Une troisième levée de fonds, de plus de 2 millions d’euros, est lancée qu’ils espèrent boucler pour la fin de l’été 2020. « Nous souhaitons vraiment travailler avec des fonds très orientés sur l’impact social. Autour de la famille, nous voulons montrer que le social est rémunérateur ».

Déployer les box en période de confinement

Depuis quelques jours, la start-up bordelaise rappelle sur ses réseaux sociaux le caractère « vital » des liens familiaux. Elle propose notamment aux Ehpad des prêts de box. dans un message sur Twitter l'équipe Sunday annonce même être en mesure de déployer un dispositif de crise : « Si l’État français nous suit, nous pouvons déployer les #SundayBox dans tous les établissements de santé (Ehpad, hôpitaux, résidences seniors…) pour maintenir le lien rompu entre les personnes et leur famille. Aidez-nous à vous aider. »

 

 

Nous sommes présents ici également : 

INSTAGRAM 

FACEBOOK

LINKEDIN

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés